Mais qui est le frelon ?

La vie trépidante des cafards
novembre 30, 2021
Comment fonctionnent les services de lutte anti-nuisibles ?
novembre 30, 2021

La vie des bourdons

Le frelon ( Vespa crabro) est certainement l’une des espèces animales les plus redoutées et persécutées dans notre pays. En réalité, sa renommée est largement imméritée et, malgré sa taille et le bourdonnement inquiétant, c’est un insecte complètement paisible qui interfère très rarement avec l’homme. En effet, il n’est pas attiré par la nourriture, et il ne se gêne pas lorsqu’il mange à l’extérieur ou dans des lieux où l’on manipule des aliments (industries alimentaires, magasins, marchés) ; de plus, il ne pénètre presque jamais dans les zones habitées, sauf parfois au printemps, lorsque les reines cherchent un endroit convenable pour la construction du nid. Prédateurs infatigables, ils se nourrissent à l’âge adulte d’aliments sucrés (nectar, sève, fruits mûrs, etc.) tout en nourrissant la reine et les larves uniquement de proies vivantes.Les frelons peuvent être considérés comme utiles pour la grande quantité d’insectes gênants qu’ils éliminent, en particulier ils capturent, mouches, chenilles, sauterelles, autres guêpes et abeilles.
Les communautés de frelons sont toujours annuelles ; au printemps, la reine fécondée, après avoir survécu à l’hiver dans un endroit abrité (généralement un tronc en décomposition), fonde la nouvelle colonie, construisant des cellules dans un endroit sûr et difficile à identifier. C’est ainsi qu’elle commence à pondre des œufs, en prenant soin d’eux personnellement jusqu’à la naissance des premières ouvrières. Initialement, le nid ressemble à un hémisphère concave à l’intérieur duquel surplombent des cellules avec des larves en développement. Le matériau pour construire le nid est obtenu en mouillant quelques éclats de bois mort avec de la salive, jusqu’à l’obtention d’une pâte à modeler qui, une fois durcie, aura un aspect papyracé. Après la naissance des guêpes ouvrières (toutes des femelles stériles), la reine ne s’occupera que de la ponte des œufs,aller de cellule en cellule pour vérifier que les larves sont toutes ses filles, tandis que les ouvrières effectuent tous les autres travaux : nutrition, toilettage, butinage, défense, entretien, etc. Au fur et à mesure que la saison chaude progresse, le développement de la colonie deviendra de plus en plus rapide, augmentant le nombre d’ouvrières participant à sa construction, atteignant son expansion maximale à la fin de l’été (une période pendant laquelle il peut y avoir plus de 500 individus dans le nid) . À ce stade, la reine arrête de pondre pour laisser l’espace nécessaire à la croissance de sa dernière couvée : celle-ci est composée de larves haploïdes, nées d’œufs non fécondés, qui donneront naissance aux mâles. La reine, désormais âgée, n’est plus capable de sécréter l’hormone qui rend ses ouvrières stériles,et par conséquent celles-ci commencent à donner naissance à de nouvelles reines. Les reines des guêpes et les mâles se mélangeront à ceux des autres nids et l’accouplement aura lieu. Les mâles mourront et les reines fécondées hiberneront dans des troncs pourris ou sous terre, se réactivant au printemps suivant pour poursuivre l’évolution de l’espèce.
Fin octobre l’ancienne colonie a terminé son cycle, et la reine meurt, suivie de toutes ses ouvrières et le nid ne restera que l’enveloppe de papier et les cellules abandonnées, sujettes au pillage des fourmis et autres insectes, qu’elles utiliser comme abri d’hiver.
Les frelons vivent de préférence dans les bois de feuillus à basse et moyenne altitude, mais ils s’adaptent aussi bien à la campagne et aux zones périurbaines tant qu’ils ont une bonne présence d’espaces boisés et semi-naturels. Ils préfèrent nicher au creux de gros troncs, mais s’adaptent souvent à des cavités artificielles (coffres de volets roulants, cavités murales, cheminées, greniers, nichoirs à oiseaux), suscitant une grande inquiétude chez les habitants. Les vieux nids ne sont jamais réutilisés mais souvent la même cavité est utilisée plusieurs années consécutives, les nids étant placés les uns sur les autres.
Les frelons, comme toutes les guêpes et les abeilles, ne sont dangereux que si vous vous approchez trop près du nid, c’est-à-dire lorsqu’ils sentent que la colonie est menacée ; dans ce cas, ils deviennent agressifs et risquent d’être attaqués et piqués par plusieurs individus à la fois. Loin du nid, ils ne piquent pratiquement que s’ils sont attrapés ou écrasés, sinon ils s’en vont sans réagir.

Curiosité

Les frelons ne peuvent-ils pas être tués ?

Dans certaines réalités territoriales, dont l’Allemagne, les frelons ont été reconnus comme une espèce protégée afin de protéger leur rôle dans l’écosystème. Afin de protéger cet insecte utile et de limiter la nidification dans des endroits inappropriés ou problématiques, des nichoirs spéciaux sont placés dans des endroits choisis, où ils ne constituent ni nuisance ni danger. Cette méthode est utilisée depuis des années en Allemagne (où le frelon est une espèce protégée), par des organismes publics et des particuliers.

Les bourdons ne sont-ils pas des frelons ?

 

Avec le terme frelon sont souvent identifiés à tort aussi l’abeille charpentière ( Xylocopa violacea ) et le bourdon terrestre ( Bombus terrestris ). Il faut donc préciser que ces hyménoptères sont beaucoup moins agressifs et que, comme les abeilles, ils récoltent nectar et pollen pour nourrir leurs petits. Les bourdons sont parmi les insectes pollinisateurs les plus importants et les plus utiles pour l’homme, utilisés en agriculture en particulier pour la pollinisation des tomates.

Le frelon asiatique

Originaire d’Asie du Sud-Est, la Vespa velutina nigrithorax (le frelon asiatique) a été signalée en Europe en 2004, dans le sud de la France et aujourd’hui on la trouve également en Ligurie et dans le Piémont. La rapidité d’expansion est due au transport passif des nouvelles reines, élevées par les colonies en fin de saison, qui se réfugient dans divers types de matériaux pour passer l’hiver.
Le danger de la Vespa velutina, qui pour l’homme peut être comparée à celle des autres guêpes européennes, concerne principalement les abeilles, dont elles nourrissent leurs larves. En effet, les abeilles européennes, n’ayant jamais eu de contact avec ce prédateur, sont totalement vulnérables à ses attaques, au point de porter gravement atteinte à l’existence des communautés apicoles (en Asie, les abeilles ont plutôt développé des comportements de défense efficaces).

Les ophridés frelons

C’est un genre d’orchidée qui fait des imitations fidèles d’insectes. Le frelon Ophrid façonne le labelle de la fleur en lui donnant la forme, la couleur, mais aussi la surface duveteuse du corps du frelon, distillant également un parfum identique à celui émis par la femelle de cette espèce. La similitude est telle que le bourdon mâle essaie en vain de s’accoupler avec cette illusion, et se couvre ainsi du pollen de la plante qu’il transportera vers une autre orchidée.
Dans ce cas, une vaine copulation produit en réalité une fécondation efficace, non de l’insecte, mais de la fleur.

Ne jamais écraser un frelon

Il est utile de savoir que l’écrasement des frelons provoque la libération d’un signal chimique qui stimule l’agressivité des autres membres de la colonie. Cela est particulièrement vrai à l’extérieur.