Maudits moustiques : tout ce qu’il faut savoir sur cet insecte.

Piqûre d’abeille : voici comment la soigner avec des remèdes naturels
octobre 18, 2021
Entomologiste : mais pour quoi faire ?
novembre 30, 2021

Si Charles Darwin m’avait chargé de mettre de l’ordre dans l’évolution des espèces, on aurait épargné les dinosaures et effacé les moustiques de la surface de la Terre. On ne manque pas de raisons pour une telle idiosyncrasie : on a failli mourir à cause d’un Hémagogue lâche qui m’a transmis la fièvre jaune sans laisser aucune trace de la morsure.

Moustique : l’animal le plus dangereux.

C’est l’animal le plus dangereux. Si nous additionnons toutes les attaques contre les êtres humains déjà perpétrées par les jaguars, les lions et les serpents, nous obtenons un nombre insignifiant proche de celui des personnes qui tombent du lit lors d’une seule épidémie de malaria ou de dengue.

C’est pourquoi, lorsqu’une nouvelle espèce de moustique apparaît dans un pays, les autorités sanitaires prennent peur. C’est ce qui s’est passé dans un cimetière de la ville nord-américaine de Memphis, en 1983, lorsque l’entomologiste Paul Reiter a capturé un moustique aux stries blanches sur le corps, provenant des forêts d’Asie de l’Est et du Sud-Est.

Il s’agissait d’un moustique tigre (à cause des stries), scientifiquement appelé Aedes albopictus, un proche parent du célèbre Aedes aegypti, l’agent qui transmet la dengue.

Quel effet procure les moustiques ?

En 1986, des moustiques tigres ont été capturés à São Paulo. Peu après, ils s’étaient déjà répandus dans tout le pays et avaient atteint l’Argentine, le Paraguay, la Colombie et l’Amérique centrale.

En Europe, ils ont été détectés pour la première fois en 1979 en Albanie, probablement importés de Chine. Aujourd’hui, le pays le plus infesté est l’Italie. Identifiées dans le port de Gênes en 1990, elles se sont répandues si librement qu’elles sont devenues un martyre pour les touristes.

L’impact que l’omniprésence de cet insecte pourrait avoir sur la transmission des maladies humaines suscite des débats passionnés.

De l’Italie, ils ont migré vers l’Espagne, la France, la Croatie, la Suisse, l’Allemagne et menacent aujourd’hui la Belgique, la Hollande, l’Irlande, l’Angleterre et la côte de la Scandinavie. Bien que l’on manque de données précises en Afrique, au moins le Nigeria, le Cameroun, la Nouvelle-Guinée et le Gabon ont été infestés. Tout comme l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Le moustique tigre : est-ce un danger pour l’humain ?

Il est probable que le moustique tigre ait voyagé dans le monde entier à l’intérieur de pneus usagés que les pays asiatiques, comme le Japon, exportent vers d’autres pays où la législation est moins stricte. Et que, lorsqu’ils débarquent dans de nouveaux pays, ils s’accrochent à des camions de marchandises et à des voitures particulières pour des voyages plus courts.

Il y a trois ans, alors qu’ils répondaient aux appels pour combattre les moustiques qui attaquaient les jardiniers néerlandais en plein jour, les entomologistes ont identifié une autre voie de pénétration sur le territoire européen : le Lucky Bamboo, une espèce ornementale importée de Chine.

Tout comme les œufs d’Aedes aegypti, ceux d’albopictus sont résistants à la déshydratation. Ils peuvent passer un an ou plus à s’accrocher aux parois d’un pneu sec, même pendant l’hiver rigoureux, en attendant la prochaine pluie pour éclore et donner naissance à des larves qui, en une semaine environ, seront capables de prendre leur envol.

Contrairement au moustique parent de la dengue, dont les femelles se nourrissent exclusivement de sang humain, le moustique tigre est plus polyvalent : il peut piquer des bœufs, des moutons, des rats, des oiseaux ou des reptiles. En l’absence d’alternative, cependant, dans les villes, l’option humaine peut devenir la plus viable.

L’impact de cet insecte.

L’impact que l’omniprésence de cet insecte peut avoir sur la transmission des maladies humaines suscite des débats passionnés. Il est clairement établi qu’il est capable de transmettre deux maladies aux symptômes très similaires : la dengue et le chikungunya, qui n’étaient auparavant diagnostiqués qu’en Asie.

Les épidémies de dengue qui surviennent dans des endroits infestés par Aedes aegypti ont tendance à être plus graves que celles causées par albopictus, comme celle qui n’a touché que 122 personnes à Hawaï en 2001. Cependant, ceux du chikungunya sont plus agressifs, comme l’ont montré les récentes épidémies dans les îles de l’océan Indien. Sur l’île de la Réunion, par exemple, un tiers de la population a été touché en quelques mois. Dans la province italienne de Ravenne, 200 personnes sont tombées malades, dont une est décédée.

L’essentiel à savoir.

Des études de laboratoire montrent que l’albopictus peut être infecté par plus de 20 virus différents. Sa capacité à transmettre ces virus à l’homme dépend toutefois du nombre de moustiques présents dans la zone, du nombre de personnes piquées, de l’efficacité du virus à atteindre les glandes salivaires de l’insecte et à passer de celles-ci dans le sang de l’hôte final.

Bien qu’il existe des désaccords scientifiques quant à l’impact d’Aedes albopictus sur la santé publique, tout le monde s’accorde sur un point : il est là pour rester. Et faites-en un enfer.